Les Médias ne décident pas pour nous: Nous votons, nous décidons.

ima

S’il y a bien un sujet qui fait parler en ce moment et dont les avis divergent, c’est l’élection présidentielle française. La politique est un sujet sensible qui donne lieu à de nombreux affrontements médiatiques. Affrontements que je peux comprendre lorsqu’ils opposent les membres de deux partis adverses mais qu’en est-il de la neutralité des journalistes ?

Théoriquement, un journaliste ne doit pas exprimer ses opinions mais relayer les faits et laisser le public interpréter lui-même ces faits pour se forger une opinion. Pourtant la neutralité de l’information qu’il diffuse n’est que relative car c’est lui qui choisit le contenu (les images d’un événement, les témoignages…), les informations censées être les plus pertinentes.

Dans le cas des élections, je suis choquée de voir l’aversion non dissimulée des médias pour un candidat ou pour un autre. Que ce soit bien clair leur choix est déjà fait, la question maintenant est de savoir comment ils vont réussir à vous convaincre de faire le même choix qu’eux.  Alors selon que vous décidiez de lire la presse ou de suivre l’actualité sur l’une de nos chaines télévisées, nos « spécialistes » des médias trouveront le moyen de vous « aider » à choisir le meilleur candidat (meilleur pour qui ? on se le demande). Et évidemment pour que ça marche, on travaille sa méthode et soigne sa communication. On invite sur les plateaux des « spécialistes » qui vous expliqueront avec leurs mots et suggestions pourquoi les promesses de campagne d’un tel sont peu plausibles.

On balance sur ses faiblesses, on vous rappelle quels ont été ses échecs et les probabilités pour que cela se reproduisent si il nous venait à l’idée de le choisir (si les spécialistes l’ont dit !).  On s’acharne, on utilise des  petites phrases choc, bien étudiées, que l’on passe en boucle pour être sûr que vous avez bien entendu et que vous êtes sur la même longueur d’ondes. Mais dans ce jeu « des médias » on joue la carte sentimentale, on sait quoi nous dire ou toucher pour nous faire agir ou réagir. Alors par des discours bien ficelés, que ces cadres ont répétés bien souvent on idéalise un camp et « victimise » l’autre. Toutefois le jeu est double, Et c’est comme cela qu’ils réussissent à nous faire mépriser un camp et à compatir pour l’autre, la psychologie inversée vous connaissez  (n’oubliez jamais que les médias sont le 4e pouvoir, il y’a bien une raison.)

Nous sommes donc une proie facile pour eux, ils nous savent affaiblis et écœurés des promesses non tenues. Mais dans ce tour de magie ils oublient quelque chose, nos convictions personnelles, celles-là qui nous animent et nous donnent l’envie d’exprimer notre choix, de respecter nos principes et de VOTER juste. Que ce soit pour Emmanuel Macron ou Marine Le Pen, chaque bulletin de vote est un choix, une idéologie personnelle qui ne demande pas d’être justifiée ou argumentée, dénoncée ou suggérée.

A nous maintenant de faire valoir notre force, notre pouvoir de décider, de changer l’histoire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s